Le G7, vitrine du vélo à hydrogène à Biarritz

27 août 2019 10:08:50

Le vélo à hydrogène passe à la vitesse supérieure. Profitant du G7, une petite entreprise française met à la disposition des journalistes 200 vélos avec pile à combustible. Une aubaine pour cette start-up, qui commence à exporter aux coins du monde.

En décembre 2017, le vélo à hydrogène avait fait l’objet d’une première expérience à Saint-Lô et à Cherbourg, en Normandie,.

Le projet, baptisé « Bhyke », consistait à offrir une vingtaine de vélos avec pile à combustible à la location.

L’opération s’était avérée peu concluante, le coût total pour le Conseil Départemental de la Manche s’élevant à 723 048 € infrastructure comprise, soit la bagatelle de 36 152 € par vélo.

De nombreux cyclistes s’étaient interrogés sur le bien-fondé d’une telle dépense, alors que les pistes cyclables manquent cruellement de moyens, et que le Plan Vélo a été reporté à l’automne prochain.

Aujourd’hui, le vélo à hydrogène refait surface, avec des arguments plus convaincants.

Appelée à fournir 200 vélos pour les déplacements des journalistes venus à Biarritz pour couvrir le G7, la start-up Pragma Industries, installée au Pays Basque, a mis sur le marché un vélo dont le prix s’élève aujourd’hui à 7500 €. C’est encore un prix considérable, mais la start-up travaille à diviser ce prix par deux à l’horizon 2020.

Le vélo à hydrogène reprend la même base qu’un vélo électrique classique. Sa traditionnelle batterie est remplacée par un réservoir à hydrogène de 2 litres. Celui-ci alimente la pile à combustible qui se trouve sous le guidon. Le vélo a une autonomie de 100 km, soit près du double d’un vélo électrique classique. Mais son grand point fort est qu’il se recharge en 2 minutes seulement, contre 3 heures environ pour un vélo électrique classique.

Le prix ne semble pas être un obstacle pour la PME, qui enregistre de nombreuses commandes à l’export, notamment vers le Danemark et l’Allemagne.

Toutefois, rappelons que l’inconvénient majeur de l’hydrogène est l’absence de réseau de recharge, alors qu’un vélo peut être rechargé sur n’importe quelle prise de courant. Le prix de la recharge d’H2 risque donc de rester chère à cause de l’infrastructure à mettre en place.

Quand on voit l’évolution fulgurante que connaissent les batteries, le vélo électrique avec stockage dans une batterie est plus simple, plus rentable et moins cher que l’électrique avec stockage en H2.

A l’heure actuelle, l’hydrogène semble donc n’avoir réellement du sens que pour éviter les grosses batteries de trains ou de camions sur de très longues distances. Mais ce qui est vrai aujourd’hui ne le sera peut-être plus demain…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Vous acceptez de recevoir nos dernières informations par mail.

Vous affirmez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l'aide des liens de désinscription ou en nous contactant via le formulaire de contact.

Ils nous soutiennent

Cociter
Enersol
Espace Pneus
EV-WALLUX
Roulezecolo.com
ThePluginCompany
UCB
Wattuned