Shenzhen complète l’électrification totale de sa flotte de 16.359 bus !

08 janvier 2018 10:01:33

Avec quelques mois d’avance sur le planning, la ville chinoise de Shenzhen (plus de 12 millions d’habitants) a annoncé ce 27 décembre l’achèvement de l’électrification complète de ses 16.359 bus. La plus importante flotte de bus au monde est à présent électrique à 100 %

 

Siège du fabricant de voitures et autobus électriques BYD, Shenzhen dont la flotte de bus est plus importante que l’addition de celles des 5 plus grandes métropoles nord-américaines (New-York + Los Angeles + New Jersey Transit + Chicago + Toronto) a annoncé ce 27 décembre avoir terminé le remplacement de tous ses bus par des modèles électriques. Ceux-ci consomment 73 % d’énergie en moins que des bus diesel. Cette performance impressionnante permet à la municipalité d’économiser 340.000 tonnes de carburant par an et surtout d’éviter l’émission annuelle de 1,35 million de tonnes de CO2.

 

En 2017 Shenzhen a consacré 3,3 milliards de yuans (soit 422 millions d’euros) à ce projet qui a débuté en 2009 lorsqu’elle a été choisie comme ville pilote pour le lancement d’un programme national de transition vers les véhicules à énergie propre. La recharge de tous ces bus se fait sur 8.000 bornes réparties dans 510 stations. Elle dure environ 2 heures. A présent la municipalité vise l’électrification totale de tous ses taxis. Aujourd’hui 12.518 d’entre eux soit 62,5 % du total sont déjà électriques !

 

En Europe, le marché annuel du bus électrique est estimé à 3.500 unités … No comment !

 

Bernard Deboyser

 

Bernard Deboyser

6 réponses à “Shenzhen complète l’électrification totale de sa flotte de 16.359 bus !”

  1. Attention ! En Chine où l’électricité est fabriquée à plus de 50 % avec des centrales fossiles (charbon, gaz), ce n’est pas forcément la solution pour assainir l’atmosphère et diminuer les émissions de GES.
    En fait les chinois ont un gros problème avec la pollution des grandes villes, et cette solution conduit à reporter la pollution vers les lieux de production d’électricité (les centrales) dont à leur périphérie. Pas vraiment la panacée miracle…
    En France où grâce majoritairement au nucléaire (75%) et à l’hydraulique (12%) et marginalement à l’éolien et solaire (6%) notre électricité est fabriquée sans quasiment aucune émission polluante. L’électrification des bus serait donc une excellente solution : mais on n’a pas les moyens !!!
    La raison ??? Elle est simple : l’idéologie véhiculée par EELV et les ONG comme Greenpeace a poussé nos politiques a mettre les maigres ressources publiques dans le développement des énergies dites Vertes (solaire éolien), ce qui est strictement inutile car l’électricité est déjà décarbonée !!!
    Si nos politiques au pouvoir étaient vraiment soucieux de l’intérêt général et des émissions de GES, ils arrêteraient de subventionner le solaire et éolien pour conserver le parc nucléaire, en reportant les subventions sur les véhicules électriques qui, en se substituant aux véhicules à moteur (comme les bus), amélioreraient considérablement notre cadre de vie tout en luttant contre le réchauffement de la planète.

  2. Bonjour,

    je suis assez d’accord avec vous sauf que le nucléaire n’est pas la panacée non plus !

    Il est vrai que cette énergie est décarbonnée mais présente bon nombre d’inconvénients de taille que le puissant lobbying oublie bien de mentionner. Cette énergie fait peser bon nombre de dangers sur la population (erreur humaine, séisme, cible terroriste) et particulièrement les générations futures (gestion des déchets, complexité et coûts exorbitants des démantèlements, perte d’expertise dans le temps,…). Le combustible utilisé est également fossile rappelons-le.

    La France est à un tournant de son histoire énergétique et va seulement rentrer dans cette phase ultra complexe et coûteuse des démantèlements successifs qui peuvent prendre plusieurs dizaines d’années. La prochaine décennie nous apprendra ce qu’il en est mais je ne pense pas que le modèle énergétique français soit réellement l’exemple à suivre…Espérons que le Thorium ou la fusion pourront gommer les principaux défauts de la fission mais à quel horizon ?

    bien à vous

  3. Le nucléaire pas la panacé mais il faut ouvrir les yeux , c’est le meilleur compromis dans l’attente du stockage massif électrique voici quelques élements.

    L’arrêt de Fessenheim, la mise en cause actuelle du nucléaire dans la transition verte est un mensonge d’état contraire aux intérêts majeurs de notre pays et en premier la lutte contre le réchauffement climatique.
    Le sommet du 12/12/17 One pour la Planète est la suite de la conférence ONU de Nairobi qui s’est tenu le 5/12/2017 : Propositions face aux Morts de la pollution.
    Les 8 millions de morts dans le monde et par an dus à la pollution de l’air et de l’eau (rapport de l’ONU « UNEP/EA 3/25 12/2017) », la trajectoire du réchauffement climatique 2030 rapport ONU UNE « The emission Gap Report 2017 » de novembre 2017 montrent clairement que l’ennemi numéro un est de loin la combustion.
    Pour la santé et pour le climat. Mais aussi pour notre économie.
    Le monde n’en prend pas le chemin : le GAP (écart d’atteinte des objectifs GES), les USA sortent de la COP 21 pour utiliser leur gaz de schiste. Les Allemands avec la sortie du nucléaire tournent à 50% au gaz et charbon (dont partie importée des USA), délocalisation de la fabrication de nos équipements énergivores à : la Chine, l’Inde, les pays de l’Est …qui se renforcent ou se lancent dans la construction de centrales nucléaires ( 60 projets). Les consommateurs Français ne sont pas innocents dans le voile du soleil de CANTON.
    Dans le cas le plus pessimiste des scénarii présentés dans le reportage (ARTE sécurité nucléaire le grand mensonge) on arriverait à 100 000 morts (sur des décennies) par accident nucléaire, rien de comparable avec les 8 millions/an de la pollution dus à la combustion.
    Selon les nombreux rapports de l’OMS cités, le risque potentiel du nucléaire civil en matière de choix énergétique se trouve à moins de 10 000 morts par an pour la planète, y compris les accidents Tchernobyl et Fukushima. Vraiment en queue de peloton, sur les 57 Millions de disparus annuels : 17 dus aux infections, 8 pour le cancer, 7 pour le cardiaque, 6 le tabac, 3 l’obésité, 2.5 alcool, 1.3 la route (dont la majorité pour les deux roues sans oublier 55 millions de blessés).

  4. Merci pour ces chiffres mais pour pouvoir comparer il faudrait rapporter ce nombre de victimes à l’énergie totale produite par ces différentes technologies. Sinon on compare des pommes et des poires.

    Et puis quantifier un accident nucléaire uniquement aux décès ce n’est pas un peu réducteur ? Impossible de chiffrer les cancers, malformations,… qui sont dus à ces 2 accidents.

    Mais je ne conteste pas que c’est la moins mauvaise solution de transition pour sans doute encore quelques décennies…dont les multiples désavantages pour les générations futures ne doivent néanmoins pas être minimisés !

  5. Cher Monsieur Bajard,
    Ce n’est pas parce qu’un citoyen condamne le nucléaire qu’il approuve pour autant les 8 millions de morts dus à la pollution. Si je roule en voiture électrique et fais la promotion de la mobilité propre, c’est bien pour lutter, à mon modeste niveau, contre le fléau de la pollution due aux moteurs thermiques. Ce qui ne m’empêche nullement de trouver, que l’on soit pour ou contre, que, dans le cas du nucléaire, le principe de précaution est totalement absent du débat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Ils nous soutiennent

Cociter
Enersol
Espace Pneus
EV-WALLUX
ThePluginCompany
UCB
Wattuned