Visite au cabinet de François Bellot, ministre fédéral de la mobilité

10 octobre 2017 10:10:11

Ce vendredi 6 octobre courant, nous avons été reçu par Christophe LEURIDENT, chef de cabinet-adjoint pour l’intermodalité et les carburants alternatifs au cabinet du ministre François BELLOT.

L’entrevue a été positive, et notre interlocuteur nous a consacré près de 2 heures.

La multiplicité des niveaux de pouvoir et la répartition des compétences semble être un véritable casse-tête qui fait obstacle à la progression des choses au niveau mobilité.

On ne veut pas mettre systématiquement en doute la bonne volonté de certains responsables politiques, mais la question des accises sur les produits pétroliers est un vrai problème pour l’état fédéral. En effet, l’essor des Véhicules électriques (VE) va créer deux problèmes inquiétants :

  • Perte de recettes importante pour la Belgique , et glissement des accises du fédéral vers le régional (distribution d’électricité)
  • Risque de congestion du réseau aux heures de pointe si trop de VE chargent en même temps (il est conscient qu’il existe des pistes de solutions telles que le déplacement de charge, le stockage et les véhicules connectés au réseau, mais ces solutions sont encore embryonnaires).

Le développement du VE soulève une série de questions qui touchent à d’autres compétences :

  • bonus à l’acquisition, taxes de mise en circulation, taxe annuelle : finances régionales
  • déduction fiscale : finances fédérales
  • bande de roulage autobus et taxis également accessibles aux VE : avis du fédéral, compétence des régions,
  • Installation de bornes par le public dans les villes (problème de suppression d’aires de stationnement pour thermiques… ) : compétence des villes
  • plaques minéralogiques distinctes pour les VE : compétence fédérale (mais inutile car les logiciels actuels permettent déjà de distinguer instantanément les VE des autres véhicules).

Nous avons insisté sur l’absence de soutien (il est question de réduire prochainement la déductibilité de 120% pour VE en société à 100%, ce qui est un retour en arrière !), et sur la nécessité de maintenir un différentiel suffisant au niveau de la déductibilité fiscale entre VE et thermiques, sinon les fleet managers ne vont jamais proposer de VE dans leurs flottes de véhicules (il y a actuellement 600.000 véhicules de société en Belgique !).

Pour s’attaquer au problème des voitures de société, le concept de « Cash for Car » semble faire son chemin. Il semble dire que le texte est à la lecture et devrait être adopté prochainement.

Le principe est une carte avec un budget mobilité qui favoriserait l’intermodalité : voitures partagées, transports en commun, train, vélo électrique, bornes de rechargement payantes, etc…

Toutefois le Ministère s’attend à ce que la formule ne convainque que 3 à 4% des utilisateurs de voiture de société !

Le vrai problème est le coût salarial en Belgique, qui est si élevé que chaque employeur cherche toutes les solutions pour rémunérer correctement son personnel de la façon la plus fiscalement avantageuse…

On attendant, on sacrifie l’environnement sur l’autel du sacro-saint package salarial !

Une réponse à “Visite au cabinet de François Bellot, ministre fédéral de la mobilité”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Ils nous soutiennent

Enersol
Cociter
Ores
Espace Pneus
ThePluginCompany
UCB
Wattuned